« A foggy day »

Gary Peacock et moi avons improvisé en duo sur ce magnifique thème de Georges Gerschwin, lors de l’enregistrement des albums « 53rd Street » et « High Line » dans les studios dans les studios Avatar de New York.

Il se trouve que ce thème a été écouté à ce jour, sur la plateforme Spotify, par 300.000 personnes. Il fait partie des 5 thèmes les plus écoutés de Gary Peacock et c’est la version la plus populaires par rapport à une grande variété de versions (et pas des moindres).

Ma question reste de savoir qu’est-ce que cet enregistrement a de particulier pour devenir aussi populaire ??

La Notation Kaddouch Junior

Apprendre à lire quand on est petit !

• Doit-on définitivement considérer que la lecture n’est qu’une affaire d’exercice

• Les bons musiciens en herbe continueront-ils longtemps à se décourager parce que leur lecture
les handicape ?

• Le pédagogue doit-il compter sur la chance ou le hasard des expériences pour permettre à ses
élèves d’accéder à la dimension de la lecture?

Cet ouvrage traite de ce petit rien de départ qui sous-tend cette énorme activité de lecture à laquelle tout musicien est soumis et pour laquelle il souffre tant, quand les bases ne sont pas intégrées.

Commander le livre, cliquez ici

Pourquoi la Notation Kaddouch ?

L’artiste improvisateur est chrono-dépendant. Il lui faut beaucoup de temps pour actualiser ses connaissances car leur format de stockage et la dynamique de récupération sont inadaptés à la situation et cela relève un problème d’apprentissage, une grande question pédagogique. Sa mémoire de travail est vite saturée par la charge qui lui est imposée.

Pour combler ce déficit attentionnel, l’improvisateur va stocker des phrases stéréotypées afin de répondre aux situation courantes, et développer des combinatoires mêlant gammes, modes et accords préalablement stockés. L’improvisateur ainsi aliéné devient un ouvrier-recompositeur qui ne vit qu’à travers de multiples autres (les phrases qu’il a automatisées).

La notation Kaddouch est un moyen de régler le problème du délai temporel, des limites imposées par le temps, en encourageant les voies cognitives supérieures, celles du calcul mental, et en donnant une image spatiale de la structure harmonique, ouvrant ainsi un champ d’expression défiant en partie, les lois du temps.

Par cette notation, la signature physiologique dégagera les particularités morphologiques, dynamiques et structurelles du thème soumis à l’épreuve de l’improvisateur, sa problématique. Comment Beethoven, sourd, aurait-il pu construire un nouveau langage musical sans avoir imaginé une solution de transaction des formes sonores, n’a t-il pas été le premier inventer d’une représentation géométrique mentale, support d’une dynamique de composition par médiation spatiale? 

En savoir plus

Hommage à Gary Peacock

New York – Studios Avatar – enregistrement de High Line et 53rd Street

Hommage sur France Musique


Gary va me manquer !
C’était un ami, un frère de musique, un confident bienveillant. Je voulais, par un texte d’hommage, évoquer ce génie de la musique et ce grand homme sage.

La note qui n’existait pas !

A Gary Peacock, mon ami, mon compagnon de musique !


New York, 2015, dans les studios d’enregistrement AVATAR, près de Center Park. Je commence à enregistrer avec le contrebassiste Gary Peacock, un musicien de légende dont j’écoute les enregistrements avec miles Davis, Paul Bley, Bill Evans …… depuis que j’ai 5 ans.
Je savais que ces journées d’enregistrement seraient d’une grande intensité et j’étais convaincu qu’avec un génie comme Gary, nous parviendrions à produire de beaux albums. Mais ce que j’étais loin d’imaginer, c’est la prise de conscience que génèrerait cette rencontre, chez le musicien et le pédagogue que je suis. Je vais vous faire part de cette expérience.
Dans les premières minutes de nos échanges improvisés, avec Gary Peacock, mes mains laissèrent apparaître un son particulier, joué à une certaine intensité, une dynamique, un timbre, une harmonie insolite. Ce son, je l’avais entendu dans mes rêves pendant plusieurs années avant qu’il n’apparaisse sur mon piano. A chaque fois que je jouais ce son, ma déception était grande car les musiciens avec lesquels je me produisais ne l’entendaient pas (sauf Martial Solal).
Un jour, je me mis même à penser que mes rêves sonores étaient des fantasmes et qu’ils ne révélaient absolument pas de vraies idées musicales.
Mais, surprise ! Quand Gary entendit ce son, il le traita immédiatement comme un joyau qu’il s’empressa de sertir. Quelle fut alors mon émotion quand je sentis la présence de mon son dans son jeu, Gary venait de me dire qu’il le reconnaissait, il venait de valider son existence, accompagnant son mouvement musical d’un sourire aux anges dont il détient le secret. Ce sourire voulait dire : « cette note est particulière, où l’as-tu trouvée ? ». D’ailleurs, dès que nous entamèrent une seconde prise de son, il vint près de moi et me questionna pour que je lui explique quel rapport cette note entretenait avec son accord sous-jacent et son contexte structurel. Devant la longueur de mes explications et son regard attendrissant qui me disait : « quoique tu m’expliques, j’ai entendu, ta note est belle, c’est tout ! ». Et de poursuivre en lui disant : « Gary, this sound is a joke ! » Il me fit alors un beau smiley sur la partition et nous partîmes d’un éclat de rire.
Maintenant ce son existe car il l’a entendu. A partir de cet instant, ce n’était plus un rêve, mais une réalité, ma réalité qui avait pu être la sienne avant de devenir notre réalité. Il a permis à cette réalité d’émerger, d’exister, en la reconnaissant.
Merci Gary !

Les artistes te saluent !

Interview sur Radio Romania

https://www.romania-muzical.ro/articol/interviu-cu-pedagogul-francez-robert-kaddouch/3147381/15/2

Domnule Robert Kaddouch, ne bucurăm pentru evenimentul ce prilejuieşte şi acest interviu – un curs intensiv de pregătire a unor pedagori români, preocupaţi de metode moderne, alternative de a-i apropia pe copii de muzică. O să încep cu o întrebare pe care v-ar adresa-o oricine vă parcurge biografia. Am văzut că cei mai tineri dintre elevii dumneavoastră au chiar 5 luni. Am înţeles bine, 5 luni?! Mulţi dintre părinţii români ar întreba ce aşteptări aveţi de la un copil care nu are nici măcar un an?

În primul rând, vă mulțumesc pentru interesul dumneavoastră față de pedagogia mea.

Oare este nevoie să precizez că copiii mici au venit la mine și nu invers? Am această imagine de la primul meu curs cu un copil de 9 luni. În timp ce îmi predam lecția de pian fratelui său mai mare, acest bebeluş s-a târât prin sala de așteptare până a ajuns la ușa întredeschisă. Am văzut apoi acea față mică și acei ochişori care îmi spuneau: « Dar eu, eu nu am dreptul la muzică? ». Mama, care a venit să-și ia bebelușul, percepuse același lucru ca și mine, așa că mi-a spus: « Aţi fi de acord să faceţi muzică cu el? » Și a fost începutul unei lungi aventuri care continuă să mă fascineze.

Nu am așteptări de la un elev. Rolul meu este să ascult și să dau un sens, adică să înțeleg din producțiile muzicale improvizate ale copilului ce încearcă el să realizeze și cum încearcă el să o facă. Prin urmare, nu aștept nimic, sunt în primul rând martorul și revelatorul așteptărilor interioare ale fiecărui elev. Faza operațională vine după aceea.

Aţi conceput o metodă pegagogică recunoscută pe plan mondial. Care consideraţi că sunt elementele care vă diferenţiază de celelalte metode recunoscute? De la ce principii plecaţi şi către ce tindeţi?

Particularitatea pedagogiei mele, potrivit mai multor profesori de la Oxford, este verticalitatea ei, adică începe « de la teren », de la rezolvarea problemelor și se dezvoltă ca o teorie aplicabilă în diferite domenii. Filozofii spun că am rezolvat o problemă bergsoniană, « punctele strălucitoare », neurologii sunt interesați de abordarea pe care o am faţă de memoria asociativă, iar neurobiologii (prof. Zoltan Molnar de la Universitatea Oxford) ies din laborator crezând că abordarea mea acționează asupra neuronilor piramidali din stratul V al creierului. Cred că particularitatea pedagogiei mele este că a devenit, prin conceptul de Conductibilitate, o teorie. Acest lucru îi permite să se extragă din aplicarea ei exclusiv în educația muzicală și să se adapteze la evoluția copiilor și a vremurilor, păstrând în același timp principiul său esențial, ceea ce nu este cazul pentru alte metode prea limitate la problematica unei epoci.

Plăcerea de a face muzică reprezintă un deziderat fundamental pentru Metoda Kaddouch. Pe de altă parte, mai ales în estul Europei, există încă această convingere, că studiul unui instrument (pian, vioară, clarinet etc.) necesită, obligatoriu, şi un efort care nu e, în cele mai multe cazuri, generator de plăcere. Cumva, plăcerea este de multe ori ignorată sau plasată într-o zonă a superficialităţii. Cum priviţi această perspectivă?

« Plăcerea ne face inteligenţi! » a spus marele pianist Samson François. Sensibilitatea noastră iudeo-creștină ne face deseori să considerăm că fără suferință nu este posibil niciun progres. Abordarea mea se află în afara acestei școli de gândire. Nu este vorba de a face lucrurile mai ușoare, nici de a le complica, ci pur și simplu de a permite copilului, elevului, să cunoască, apoi să arate steaua la care dorește să ajungă și, în cele din urmă, să mobilizeze pârghiile potrivite pentru a-şi realiza dorința. Nu este ușor, dar este o muncă pasionantă atât pentru profesor cât și pentru elev, o muncă ce dă energie pentru îndeplinirea ei. Problema suferinței, a sfâșierii … este complet irelevantă în acest caz.

Există, de asemenea, în cazul multor părinţi, obsesia pentru performanţă. Cu alte cuvinte, studiul de plăcere, care nu generează rezultate vizibile şi chiar spectaculoase, pare inutil. Ar fi necesară şi o şcoală pentru părinţi, o schimbare a perspectivei?

A considera că scopul este calea: iată o lecție care poate fi învățată de la copiii foarte mici. Ei sunt cei care m-au educat, cei care mi-au arătat calea cea bună care mi-a permis să-i educ. Ei ştiu totul, dar nu sunt conştienţi de faptul că ei știu. Oferă un zâmbet fără să aștepte nimic în schimb, privesc lumea cu mirare și acționează fără gânduri ascunse. Arta, muzica este lumea lor într-o mai mare măsură decât în cazul muzicienilor. Să-i învățăm pe părinți să se uite la copiii lor din această perspectivă și educația le va oferi performanța reală, aceea a abilităților interumane.

Ajungem astfel, inevitabil, la ideea de competitivitate, o altă moştenire a pedagogiei tradiţionale, încă dominantă în spaţiul est-european – dar nu numai. Cum priviţi moda concursurilor muzicale dedicate celor mici şi vânătoarea de diplome la această vârstă?

În școala noastră din Paris salutăm prima generație de copii chinezi « dotați » pentru care familia lor a stat la coadă 48 de ore ca să obţină biletul care le-ar permite accesul la un pian de la stat. Un cadou suprem care avea să devină un instrument de tortură, iar părinții și educatorii aveau să fie torționari pentru a-și împinge copiii spre excelență, …dar ce excelență? Acei copii sunt acum adulți, sunt părinții unora dintre elevii noștri. Apropierea de un pian le face greață, şi totuși le place muzica! Astăzi ei ni-i încredințează pe copiii lor și își pansează rănile văzându-i pe acesti copii cum improvizează, cum compun, cum se bucură de un acord!

Ce i-aţi spune unui părinte care s-ar întreba de ce i-ar fi utile copilului său de 1, 2 sau 3 ani cursuri de pian?

Părinții sunt cei care ne spun: « Era un pian la casa prietenilor noștri și Sasha a stat o oră căutând sunete, nu ar fi bine dacă ar veni la cursul de pian cu tine? » Părinții copiilor foarte mici caută îndeosebi să-și trezească copiii prin muzică. Nu au sindromul miculului Mozart!

Dar multora dintre profesorii de pian care considera că vârsta minimă pentru a începe studiul pianului este cea de 3 ani şi jumătate ani – 4 ani?

Le voi spune să facă ceea ce cred ei de cuviinţă. Apoi voi răspunde la întrebările lor, dacă mă vor întreba ceva.

George Enescu ne avertiza să nu subestimăm capacitatea de înţelegere a unui copil mic, doar pentru că este foarte mic. Sunteţi de aceeaşi părere?

Desigur! Un bebeluș nu este doar un adult în devenire, este o ființă cu o percepție specială asupra lumii. Nu aţi observat că marii oameni sunt comparați cu bebelușii atunci când sunt la vârful maturităţii?

În 2017 v-aţi extins interesul şi către mişcare, în colaborare cu Jacqueline Challet-Haas. Cum vedeţi această relaţionare între muzică şi mişcare? Ce părere aveţi, de exemplu, despre metoda Dalcroze în această privinţă?

Institutul Dalcroze din Geneva m-a invitat să ţin o conferință în faţa profesorilor pe tema « Transmutația experienței în cunoștințe ». Cum își va valida copilul experiența corporală pe o claviatură (sau pe orice alt instrument muzical). « Ce ai făcut cu ceea ce te-am învățat? » În timpul sesiunilor speciale de formare cu profesorii Institutului, întrebarea a continuat să apară: Cum să slujim Metoda Dalcroze fără să o trădăm? Reiterez aici observațiile mele enunțate mai sus: O metodă fără teorie este sortită osificării practice. Să nu uităm rădăcina cuvântului metodă: meta – căutare și hodos – cale, drum de urmat. Este inversul a ceea ce cred oamenii. Emile Jaques-Dalcroze a făcut o treabă formidabilă, este unul dintre primii mari pedagogi practicanți, dar în secolul 21 Emile Jaques-Dalcroze nu ar mai face metoda Dalcroze.

Care sunt cele mai importante obiective ale metodei dumneavoastră?

A asculta și a da sens.

Sunteţi şi un pianist şi foarte apreciat muzician de jazz. Ce rol ocupă improvizaţia în cadrul metodei Kaddouch?

Improvizaţia este instrumentul-cheie. Improvizația folosește urgența timpului pentru a ajunge rapid la subiect.

Cele două zile de cursuri on-line, pentru pedagogii MiMa Muzica, au avut o agendă foarte densă. Ce aţi urmărit, ca obiective, de fapt?

Un profesor care are smerenia să accepte să-și completeze pregătirea își arată măreția. Aduc un omagiu întregii echipe MIMA Muzica pentru această inițiativă. Ceea ce contează nu este ce urmăresc eu, ci ceea ce urmărește această echipă. Sarcina mea este de a le permite profesorilor să identifice și apoi să pună în aplicare raţiunea pentru care ei cred că eu le pot oferi soluții.

Interviu realizat de Ștefan Costache (Traducerea: Lucian Nicolae)

Je voudrais improviser

« Je voudrais improviser » …..extraits de l’ouvrage

L’improvisation, qui est une faculté naturelle de l’homme, permet cette investigation : elle est le langage parlé de la musique. Le rôle de l’éducateur musical est d’entretenir et de développer cette aptitude à l’exploration puis de répondre au désir de laisser des traces. L’écriture apparaît alors comme une mémoire. Leur exégèse a déjà été faite. La presse quotidienne et la presse spécialisée (pour parents ou musicale) en ont retenu quelques aspects extérieurs, ce qui ne veut pas toujours dire « non pertinents », et Robert lui-même, dans ses articles, a présenté à plusieurs reprises d’autres aspects du noyau d’idées qui inspire ses tâches. Un exemple : ces déclarations de Mai 1996 au « Monde de la musique » : « C’est l’oreille qui dirige le muscle. Pas de technique sans idée musicale. L’instrumentiste est le chorégraphe de ses mains. Le son est à l’image du geste qui l’a produit. A une pensée musicale intentionnelle correspond un geste juste. C’est le va-et-vient entre l’oreille et le geste qui construit la technique. Les doigts répondent aux déséquilibres imposés par le geste, comme le funambule qui recherche en permanence son centre de gravité. Chaque individu a des prédispositions pour un type de technique. Chacun trouvera dans la musique son expression motrice. Le professeur doit chercher à étendre cette technique, pas à la modeler à son goût. C’est l’étudiant qui choisira son cheminement et non le professeur qui le lui imposera. Mettre en oeuvre une technique vivante, c’est interpréter comme si on créait… » Ces principes pourraient être développés sur le strict plan conceptuel. Mais un tel éclairage ne pourrait aider à comprendre la réalité mouvante de cet enseignement polymorphe. Et puis il est bien connu que des principes séduisants ne garantissent rien, et peuvent produire de tristes résultats. Pour une fois où leur vie effective nous offre une chance sérieuse d’observer le contraire, autant en profiter ! Et l’on commencera donc par là où tout commence (Programme de l’I.F.P.M.) : « Le travail avec les tout-petits permet de mieux comprendre les grands principes pédagogiques. Ces principes sont alors applicables à toutes tranches d’âge et à tous instruments. » Ce qui sonne déjà comme une révolution douce

…………………………………………………………………….. Exemple des processus dialogiques qu’elles génèrent quasi automatiquement : un enfant de 18 mois se fait tomber d’un tabouret sur le piano, puis regarde Robert, et pendant ce temps, se met à jouer une note sur le piano. Tout ce protocole est fait pour signifier : « Voilà ce que je fais, qu’est-ce que tu me renvoies ? ». Robert lui répond par une autre phrase musicale, et ainsi se développe tout un jeu d’interactions, etc. Dimension supérieure : ces interactions ne sont pas une fin en soi. Le cadre où elles se développent va infiniment plus loin que la captation de l’affect de l’enfant. Il trace un premier contour de la notion d’  » éducation par la musique « . Dans un premier temps, Robert K. fonctionne comme le miroir de ce que propose l’enfant, puis, il en fait quelque chose de plus : « Et qu’est-ce que tu penses de ça ? ». Ou encore, il propose une variante, un autre développement à partir de la même cellule, mais traitée autrement. Alors, l’enfant s’amuse sur les variantes. Mais l’adulte peut aussi y introduire des contretemps qui le bloquent ou le déstabilisent, il ne saisit plus ce qui lui est renvoyé, et, mis à l’envers, il va réagir : « Tu me fais ça ? Bon eh bien je vais te faire ça ». Il y a donc une forme d’exploration. L’enfant doit sentir que c’est pour le faire aller plus loin, qu’il y a une résistance bienfaisante. Mais le pédagogue utilise pour l’analyser une de ces métaphores sportives qui le caractérisent : dans l’apprentissage du vélo, l’on peut déstabiliser pour susciter un nouvel équilibre. Jean-Paul B. : « Il faudrait préciser : ces situations d’improvisation provoquée et interactive me semblent calculées pour faire intérioriser à l’enfant le langage musical de l’adulte en tant qu’il est une complexification du sien.

……………………………………………………….Je dicte des noms de notes en rappelant à l’enfant si cela monte ou descend, et au fur et à mesure de ses réussites, j’introduis des sauts de plus en plus grands et des mouvements de plus en plus complexes. On peut appeler cela une « lecture auditive ». Mais ceci repose sur un contact immédiat avec le mécanisme de l’enfant, alors que dans la musique écrite, cette inversion du rôle des doigts se traduit pas un système de notation rigoureusement identique. Ce qui a été fait avant relève de sensations kinésiques, par exemple le rapport grave / aigu. Pour l’aigu, il faut se hisser, il y a un effort, c’est un mouvement vers l’extérieur. Pour le grave, on laisse se poser, c’est un mouvement vers l’intérieur, en rapport avec l’attraction universelle. Alors que pour le sens de la lecture, c’est un conditionnement. « Ça s’éloigne de moi, donc ça monte » : voilà qui induit des différences de lecture selon que la partition est placée à la verticale ou à l’horizontale. D’où le problème des gauchers : ils ne font pas l’ouverture de l’aigu dans le « bon » sens, celui des pianos. Il peut y avoir des problèmes profonds de lecture de la musique, qui exigent une analyse de tout le circuit. Donc, il est important de repérer les problèmes posés par le fait que la « montée » vers les aigus et la « descente » vers les basses ne sont pas symétriques dans l’écriture musicale. Les notions de « haut » et « bas » font appel à l’oeil, qui appelle le son. L’oeil monte, le son monte, l’oeil descend, le son descend. D’où les exercices avec traits montant et descendants pour les petits. Mais l’écriture de gauche à droite est une convention, donc un conditionnement. Et son adaptation au piano pose divers problèmes : l’écriture va toujours dans le même sens, on monte et on descend toujours vers la droite. Pour les aigus, ça colle entièrement, mais pas lorsque l’on va vers les graves, où la main doit aller vers la gauche alors que l’écriture continue d’aller vers la droite. La descente toute seule (qui est le fait de l’oeil) n’aide pas à comprendre. C’est le problème du rapport entre ce qui est fermant et ce qui est ouvrant. Cela m’a amené à développer la notion de doigt sonorisé : c’est le résultat de l’influence de l’objet piano, de sa construction, sur le système des doigts. Le même travail 1 2 3 4 5 fait aller de do à sol avec la main droite, de do à fa en avec la main gauche. Les doigts des pianistes sont conditionnés par l’instrument pour un système de numérisation où le mouvement montant part avec le pouce à la main droite et le cinquième à la main gauche. Ceci concerne le comptage des noms de notes. » La perception de cette dimension à partir des problèmes éprouvés par ses élèves a amené Robert K. à mettre au point des exercices .

Conférence à Helsinki

HELSINKI

Les bébés, la musique et le savoir
Pikkulapset, musiikki ja oppiminen
Mardi/tiistaina 16.4. à/klo 16-18
Helsingin yliopisto/Mariankatu 11, salle/sali 10

Présentation en français avec une traduction en finnois / ranskankielinen esitys tulkataan suomeksi

Entrée libre / Vapaa pääsy

Le musicien et pédagogue Robert Kaddouch présentera sa méthodologie adaptée aux tout-petits. Il mettra en application ses dires avec l’expérimentation de sa méthode sur un bébé de 3-6 ans et sur un adulte.

Robert Kaddouch est un pianiste reconnu aussi bien dans le domaine classique que dans celui du jazz. En tant que pédagogue, il s’est très vite intéressé aux enfants et à leur manière de percevoir le monde qui les entoure. Quels moyens mettent-ils en oeuvre pour communiquer ? Avec l’aide de la musique, Robert Kaddouch révèle alors toutes les strategies élaborées par l’enfant. Ainsi, la pédagogie Kaddouch choisit d’installer les bébés au piano et de traiter l’instrument comme un grand hochet en alternant creation et récréation. Cette pédagogie s’applique aussi à l’apprentissage des langues et des mathématiques. Actuellement, en France, quatre écoles Kaddouch développent cette pédagogie et une école Kaddouch est en train de se fonder à Stockholm.

Ranskalainen muusikko ja pedagogi Robert Kaddouch esittelee pienille lapsille suunnattua pedagogiikkaansa, joka perustuu musiikin välityksellä oppimiseen. Kaddouch näyttää käytännön esimerkkejä niin leikki-ikäisen kuin aikuisoppilaan kanssa.

Robert Kaddouch on pianisti, joka soittaa niin klassista kuin jazzia. Musiikkikasvattajana hän on ollut kiinnostunut nimenomaan pikkulasten tavasta viestiä ja hahmottaa maailmaa musiikin kautta. Kaddouch-pedagogiikka on tullut tunnetuksi ”Vauvat ja piano” –tunneista, joilla vasta 10-kuukauden ikäiset pienokaiset oppivat käyttämään pianoa ”helistimenään”. Pedagogiikkaa on sovellettu myös kielten ja matematiikan opetukseen. Tällä hetkellä Ranskassa toimii neljä Kaddouch-pedagogiikkaan perustuvaa musiikkikoulua, ja Pohjoismaiden ensimmäistä koulua ollaan perustamassa Tukholmaan.

Organisateurs / Järjestäjät: Centre culturel français / Ranskan kulttuurikeskus, Université de Helsinki, Musicologie / Helsingin yliopisto, musiikkitiede

Renseignements / lisätietoja:
Centre culturel français / Ranskan kulttuurikeskus: taina.seiro@france.fi

Sur les écoles Kaddouch & Music / Kaddouch & Music-kouluista: http://www.kaddouch-music.com

Parents Magazine

A l’école des sons

Marie-Dominique Bureau, Parents Magazine

Mettre les bébés au piano avant même qu’ils sachent parler, c’est le pari un peu fou de Robert Kaddouch. Ce concertiste éclectique qui passe volontiers du classique au jazz, est aussi l’inventeur d’une méthode qui permet aux tout-petits d’entrer dans le monde de la musique aussi naturellement qu’ils entrent dans le monde du langage.

L’idée de Robert Kaddouch? Un enfant n’est pas un vase vide qu’il faut remplir, il sait faire beaucoup de choses, il faut seulement lui offrir un environnement stimulant pour que ces choses s’expriment. Et c’est ainsi que Kaddouch assied les bébés devant un piano, à  partir de 12 mois, parfois un peu avant si le bébé s’y trouve bien. Le professeur de musique se fait alors conteur et accompagne son histoire d’une mélodie. Puis, peu à  peu, il escamote l’histoire et il ne reste que la musique. L’enfant entend alors l’histoire à  travers les notes et gare au conteur-pianiste s’il en oublie une seule!

« Dès le troisième séance », explique Kaddouch, « l’enfant sait s’il manque quelque chose et il m’arrête. L’éveil musical, c’est aussi une façon d’écouter le bébé, de savoir qui il est. Chacun a sa manière de s’impliquer dans la musique, les uns se jettent sur le piano, d’autres ont besoin d’écouter, de réfléchir. L’enfant propose, et je lui réponds. La musique est aussi naturelle que le babil ».

Robert Kaddouch affirme que vers trois ans le passage à  la technique devient possible et même facile. « Je demande à  l’enfant d’improviser sur le piano et je note ce qu’il joue. Je vais ensuite lui montrer sa musique à  travers les notes écrites. Il va comprendre comment ça se passe et aborder naturellement le solfège ».

Aujourd’hui les premiers élèves de Robert Kaddouch ont dix-huit ans et tous sont musiciens, amateurs le plus souvent, professionnels pour quelques-uns…

Dès 12 mois, ils pianotent et entrent dans le monde de la musique. Toute l’année, une expérience tentée par Robert Kaddouch dans une école vraiment pas comme les autres.

Robert Kaddouch ne fait que des paris fous, et le dernier est de taille. Partant du principe que les enfants musiciens sont généralement bons en langue ou encore que les peuples les plus musiciens sont ceux dont la langue possède un registre sonore très étendu, Robert Kaddouch a décidé d’ouvrir l’oreille des enfants, d’utiliser la musique pour préparer un terrain fertile à  l’apprentissage des langues. L’idée est si séduisante que Claude Hagège, linguiste et professeur au collège de France, a donné son aval à  la méthode Kaddouch avant même que ses résultats sur le terrain soient constatés.

Des histoires en chinois, en russe, en italien…

Robert Kaddouch a ouvert dès l’été 2000 des stages d’application de la musique aux langues pour les enfants de 3 ans et il n’hésite pas, en janvier 2001, à  accueillir les petits de 2 ans. Ce qui se passe dans ces insolites « leçons de musique » est pour le moins fascinant. Imaginez des presque bébés écoutant une histoire en chinois, en russe, en italien, en anglais, tandis que derrière son piano Kaddouch crée une ambiance sonore qui correspond à  la fois à  l’histoire et aux intonations de la langue. Les enfants ouvrent des yeux grands comme des soucoupes, et leurs oreilles plus encore. « L’important, explique le pianiste, c’est qu’ils associent des émotions à  une combinaison sonore, c’est la phase audio-affective. Ce que je cherche à  faire c’est utiliser la musique comme médiatrice pour ouvrir le diaphragme auditif car le français exerce peu l’oreille de l’enfant, c’est une langue monocorde. Plus tard, on peut passer à  la phase audio-motrice. Les enfants inventent une langue à  eux en jouant avec les sons entendus, ils baragouinent, ils créent ainsi la langue fondamentale. »

Une méthode destinée à  faire des petits génies? Kaddouch s’en défend: « Je veux seulement rendre les enfants heureux, quand un petit de deux ans et demi reste assis, écoute attentivement, et rit, c’est déjà  gagné. »

Marie-Dominique Bureau